La partie n'est pas finie

"Oh, moi, c'est terminé maintenant avec l'age que j'ai, je ne pense plus qu'à mes petits enfants !"

Je vous partage un moment vécu il y a longtemps qui m'est revenu suite à une consultation récente.

"Mené 47 - 44, il reste 40 secondes à jouer dans ce match nous opposant à une équipe du Nord isère dont j'ai oublié le nom, parce qu'il était bien trop tôt pour le retenir quand je l'ai entré dans le GPS ce dimanche matin.

 

Il reste 40 secondes à jouer après le temps mort et l'un de mes coéquipiers baisse déjà les bras.
J'ai le sentiment que nous avons perdu juste en le regardant.

 

Peut être que nous allons perdre, peut être que nous n'avons pas de grande chance de gagner mais nous avons le choix !
Le choix maintenant de continuer à jouer la partie parce que c'est les règles du jeu, il reste 40 secondes ! Ou bien de baisser les bras et de laisser le match se finir sans vraiment jouer.

 

Nous échangeons entre nous 2 rapidement pendant le temps mort, il nous reste de l'énergie, il nous reste de quoi nous amuser, et de quoi leur montrer que rien n'est fini.

 

Nous entrons sur le terrain à la fin de la pause plein d'énergie, prêt à jouer quoi qu'il arrive. Prêt à nous éclater ensemble sur cette fin de match !
Peut être était-ce cette bonne ambiance, où le fait de se serrer les coudes dans un moment pareil, mais je ne ressentais plus de stress, uniquement de la sérénité quoi qu'il puisse se passer.

 

Le match reprend et rapidement nous marquons un panier qui réduit le score 47 - 46 et plus que 20 secondes à jouer.
Toujours derrière au score d'un point.

 

Le match reprend et un joueur adverse commet une faute à 4 secondes de la fin du temps réglementaire sur mon coéquipier, exactement celui avec qui j'avais échangé.
Mon coéquipier a donc 2 lancers.

 

Il se dirige sur la ligne des lancers francs, avec une pression qui commence à se voir dans ses yeux et sur ses épaules.
En allant me replacer je lui tape sur l'épaule en lui montrant toute ma confiance dans mes yeux et avec un grand sourire comme pour le challenger en le taquinant.
En me voyant, il expire un grand coup en relâchant la pression et en souriant parce qu'il sait que je le voyais se monter la tête !

 

Il tire son premier lancer... il marque ! Nous sommes à égalité !
Il sait maintenant que même s'il rate nous irons en prolongations.

 

Il tire son deuxième lancer... il marque encore !
Le match se termine quelques secondes après, nous gagnons le match !"

 

Cette scène m'est revenu lors d'une séance où une personne baissait déjà les bras sur la vie parce qu'elle n'avait pas eu ce qu'elle imaginait dans sa vie.

La vie, c'est comme un match de Basket, rien n'est fini tant que le temps réglementaire n'est pas terminé.
On a toujours le choix, même si parfois on perd, parfois on gagne

 

Romain

PS : Photo non contractuelle, Je n'ai évidement pas de photo du match, et j'aurais aimé qu'il y eu autant de supporter dans les tribunes ! 

Écrire commentaire

Commentaires: 0